Murata Collection


Murata Collection

Cette collection tire son nom de son créateur, Takeo Murata, qui, selon l’avis de tous, fait partie des maîtres couteliers les plus admirés du Japon. À seulement 62 ans (il est né en 1949), il a reçu des distinctions généralement réservées aux artisans approchant les 80 ans, voire plus. À partir d’un certain niveau de maîtrise, la coutellerie est l’apanage des anciens, car le savoir-faire se développe lentement et nécessite des années de perfectionnement.

À l’âge de 16 ans, Murata-san commença son apprentissage avec son oncle Tokaiji, le plus grand forgeron de son époque. Tokaiji-san vient d’une famille dont la lignée remonte à l’époque de l’élaboration des meilleurs sabres de samouraïs, il y a plusieurs siècles.

Murata-san confectionne ces magnifiques couteaux de grande qualité dans un petit atelier éclairé par une faible ampoule de 40 watts, nécessaire pour l’aider à déterminer si l’acier est à la bonne température pour commencer à battre le fer. Il se forge un avis, grâce à cette ampoule nue, en examinant la couleur que prend le métal lors de la chauffe. La lumière basse permet à Murata-san d’évaluer avec exactitude la nuance à partir de laquelle le forgeage sera parfait.

Ces magnifiques couteaux revêtus d’une couche noire (dite « finition kurouchi ») sont élaborés à partir du célèbre acier yasuki, connu également sous le nom d’aogami N° 1. Cet acier si particulier est utilisé par des artisans se servant essentiellement de procédés manuels. De par sa rareté, seuls les forgerons reconnus peuvent, deux fois par an, commander de petites quantités. Sa grande richesse en carbone (mais qui ne présente pas les inconvénients habituels liés aux taches d’oxydation) et sa dureté proche de 64 HRC font de cet acier un matériau très prisé. Grâce à ces deux caractéristiques, Murata-san crée des lames qui possèdent et conservent un tranchant incroyable et qui sont également assez faciles à réaffûter.

Les manches de la collection Murata, en bois de pakka, sont fixés par trois rivets. Le bois de pakka se compose de couches de bois de santal jointes par de la silicone. Les manches sont ainsi résistants à l’eau, remarquablement solides, mais aussi très agréables.

C’est un grand privilège que d’avoir reçu la confiance de Takeo Murata pour promouvoir ses couteaux en dehors du Japon, car jusqu’à la fin des années 1990, cet honneur était réservé exclusivement aux commerçants japonais. Suite à une grave blessure la main, Murata-san n’a plus été en mesure de travailler entre 2007 et 2011. Durant cette période, nous avons été inondés de demandes de nos clients désirant acquérir ces couteaux exceptionnels. Murata-san étant le seul à les fabriquer artisanalement, et en raisons de l’accumulation des commandes, certains modèles peuvent nécessiter un délai d’attente d’au moins deux semaines.